SASU : le statut le plus adapté aux étudiants entrepreneurs

De plus en plus d’étudiants se lancent dans la création d’entreprise. Le choix de la forme juridique varie en fonction du projet que l’on souhaite réaliser. La SASU apparaît alors comme le statut le plus adapté pour les étudiants entrepreneurs au niveau du budget, des responsabilités et de la liberté.

Liberté dans les statuts

Le premier avantage du statut SASU est la liberté. En effet, en tant qu’associé unique, l’étudiant est le seul à définir les règles du fonctionnement de son entreprise. La seule obligation qu’il rencontre est de désigner un président, qui peut d’ailleurs être l’étudiant lui-même. Il peut aussi désigner un directeur général. A savoir que cette fonction ne peut être cumulée avec celle de président. Il n’y a donc pas besoin de faire des assemblées générales pour la prise de décisions.

Le président reconnu comme un salarié

Si l’étudiant décide d’être également le président de l’entreprise, alors il a le statut d’assimilé salarié et est affilié au régime général de la Sécurité sociale si ce dernier est rémunéré. Il peut ainsi profiter d’une meilleure assurance vieillesse que les travailleurs indépendants. De plus, si l’étudiant président ne se rémunère pas, alors il n’y a pas de cotisation minimale à la charge de la société.

Il faut également prendre en compte le statut de l’étudiant au regard de la sécurité sociale. En effet, un étudiant non salarié est de base affilé à la sécurité sociale étudiante. Cependant, s’il cumule au moins dix à quinze heures de travail par semaine, il peut alors prétendre au statut d’étudiant salarié et bénéficier de dispenses d’assiduités pour les cours obligatoires, d’un enseignement à distance pour certaines matières, et enfin, des aménagements d’horaires. Ce qui va alors lui laisser du temps pour se consacrer à son entreprise.

Imposition des bénéfices à l’Impôt sur les Sociétés

Si l’étudiant choisit le statut de SASU, il opte alors par défaut pour l’imposition des bénéfices à l’impôt sur les sociétés (IS). Cela signifie qu’il ne sera pas personnellement imposé sur les bénéfices produits par la société. Il peut néanmoins choisir le régime fiscal des sociétés de personnes et être alors imposé sur les bénéfices réalisés (impôt sur le revenu). Cette option n’est cependant valable que pour une durée de cinq ans.

En dessous de vingt-six ans, un étudiant n’est pas obligé de déclarer ses heures de travail à condition de ne pas dépasser trois fois le montant mensuel du SMIC. Cependant, il déclare quand même l’intégralité de ses salaires et peut éventuellement percevoir une prime d’activité si les revenus de son entreprise ne sont pas suffisant pour vivre correctement.

Leave a Comment: